L’artiste

M'Ryck artiste peintre

Originaire du Nord, en Flandre plus précisément, M’Ryck est née dans une famille d’artistes et de musiciens (sa mère est peintre et professeur de piano, son père ébéniste et sculpteur, et son grand père pianiste).

Passionnée par la peinture, le surréalisme, Muriel s’est consacrée définitivement à la création et intègre l’école des beaux arts à Lille à l’âge de quinze ans, délaissant alors ses talents de musicienne (pianiste, elle est remarquée dès l’âge de quatre ans et a remporté de nombreux concours).

M’Ryck explore l’abstraction et le figuratif, passe de l’un à l’autre au gré de ses humeurs. Il s’agit de se faire plaisir, dit-elle, l’abstrait reflète ma spiritualité et le figuratif ma sensualité.

Selon son inspiration, elle peint des courbes colorées qui s’entremêlent pour former de mystérieuses étreintes de matière, parfois presque humaines ; elle y introduit un mouvement, un rythme, des valeurs et de la lumière.

Quant à ses lignes, plus structurées, plus urbaines, elles sont la découverte du travail en grand format, de la matière et du couteau. Elles lui ont aussi permis de décliner un nouvelle façon d’appréhender les courbes, de façon plus nerveuse, plus puissantes, pareilles à ses explosions. Elles sont actuellement indissociables de sa création.

En créant visages ou corps enlacés, M’Ryck rend hommage avec une sensible humilité aussi bien aux belles âmes du monde des hommes qu’à celles enfouies dans son univers imaginaire de fantasmes et dans sa vision du beau et du serein. Ce travail, néanmoins long et fastidieux, représente après toutes ces variations psychédéliques, délicates ou brutales, un apaisement. C’est souvent une peinture plus classique au pinceau avec glacis.

Passer de l’ombre à la lumière sur le travail des formes, tout un programme pour cette femme douce et fragile à la fois.

Muriel couche fiévreusement sur la toile émotions, désirs, plaisirs et refoulements. Elle saisit le couteau, mélange et triture la matière et entre la couleur dans la toile dans un style très personnel, tout en courbes, en douceur, bercée par des sons et des percussions.

En résumé, trois styles se distinguent et parfois s’entrecroisent :
– entrelacs de courbes évoquant un monde fantasmagorique dans lequel la nature et le corps sont omniprésents
– entrelacs de lignes dépeignant sa sensibilité face à un univers urbain et chaotique
– étreintes et portraits, style plus figuratif, hommages à l’âme des hommes et expression de son univers secret.

Et comme le dit si bien l’artiste : « Je peins avec mon âme et chaque tableau est une offrande ».